Les élèves coopèrent plus avec certains profs qu’avec d’autres… lesquels ?

Au collège ou au lycée, les élèves côtoient plusieurs profs, et quiconque passera une journée avec une classe constatera que les élèves n’ont pas la même attitude avec chaque prof : les élèves sont plus ou moins dociles, attentifs, participatifs, selon les cours. Qu’est-ce qui explique ces différences de comportement d’un cours à l’autre ? La matière peut être un « avantage de départ » (comme nous dit une élève) mais rapidement, ce sont les pratiques de l’enseignant qui l’emportent sur la perception des élèves.

Hoy et Wenstein, dans une revue de littérature, montrent que les enseignants avec lesquels les élèves ont le plus de chances de coopérer sont ceux qui ont construit des savoir-faire relatifs au cadre, au « care », et au « fun » (ce sont donc des profs « CCF » !). Nous allons illustrer ceci avec des propos que nous avons recueillis en début d’année scolaire auprès d’élèves de seconde. En effet, lors des premiers cours de septembre, les élèves jaugent leurs différents professeurs et s’adaptent progressivement à chacun d’entre eux.

C comme CADRE

L’immense majorité des élèves est en recherche de cadre, un cadre cohérent et constant qui garantit la sécurité et l’ordre dans la classe. Généralement, les élèves comprennent et apprécient les règles, du moment qu’elles sont explicites et surtout raisonnables.
Des élèves illustrent ceci :
– le cadre ne doit pas être trop strict : « c’est silence total, on peut rien faire. Des fois elle punit quand un élève aide son camarade ! »
– une sanction annoncée doit être posée : « Elle crie, elle dit qu’elle va les renvoyer de cours, qu’elle va les coller… Mais elle fera rien. Sinon elle l’aurait déjà fait. » Ou encore : « Je pense qu’il faut jamais qu’un prof dise une punition et qu’il la fasse pas derrière, les élèves vont se dire ce sera comme ça à chaque fois, et ils s’en fichent. »
– le cadre doit être prévisible : « Si une fois on peut faire un truc et la fois d’après on prend un avertissement pour la même chose, c’est pas cohérent. »
– sanctionner n’est pas toujours nécessaire : « on sait qu’il faut pas trop dépasser sinon elle s’énerve. Elle nous l’a déjà montré… elle a commencé à faire des yeux sérieux, des yeux de « stop ça suffit », elle a haussé la voix… alors que d’habitude elle a un timbre de voix assez doux. Elle crie pas mais elle balance sa voix grave. Elle punit pas mais elle pourrait si ça allait trop loin. Quand elle hausse le ton tout le monde s’arrête. »
Notons un point de désaccord entre élèves : ceux qui estiment que « les punitions, ça sert à rien », et ceux qui en demandent davantage : « Si elle avait dit « tais-toi », qu’il se taisait pas et qu’il se prenait 3 heures de colle derrière, ils auraient compris qu’il faut pas faire n’importe quoi. »

C comme CARE

Pour Hoy et Weinstein, le « care » est une attitude dont les élèves sont demandeurs : il s’agit pour les enseignants de se soucier de la compréhension, des apprentissages, de la réussite des élèves, mais aussi de leur bien-être à l’école voire hors l’école. Bref, les élèves ont tendance à se montrer reconnaissants envers un enseignant qui initie une relation positive. Des propos d’élèves illustrent cette demande de « care », académique ou plus personnel :
– « Il explique tous les détails pour qu’on s’habitue à son cours, par exemple quand il dit quelque chose moins fort, il nous dit « ça je le dis moins fort parce que c’est moins important ».
– « J’appelle ça une maman-prof, elle prend soin de nous, elle veut nous faire réussir. J’aime bien m’entendre avec les profs, une relation scolaire oui, mais avec une sorte d’humanité derrière. J’apprécie plus le prof et donc le cours est mieux. J’y prête plus d’importance. »

F comme FUN

Tout ce qui a trait au plaisir d’être en cours joue une part importante dans l' »enrôlement » des élèves. Dans les propos d’élèves qui suivent, on voit que les interactions entre élèves n’ont pas le monopole du plaisir, mais que ce dernier peut être partagé entre élèves et enseignants :
« Elle peut, en fonction de ce qu’on a dit, aussi rigoler avec nous. De temps en temps quand un élève fait quelque chose qu’il faut pas, elle fait la différence entre rigoler avec nous et « il faut arrêter ». »
« Il est joyeux, il aime bien être avec les élèves, il fait des petites blagues. »
« C’est détente, on craint pas les punitions si on fait une petite erreur, ça donne envie d’y aller, de voir ce qu’on va faire aujourd’hui, comment ça va se passer »

En plus de la maîtrise didactique de la discipline, le cadre, le care et le fun peuvent être considérés comme les piliers d’une relation de qualité avec les élèves.

Etre « prof CCF » ? Pas si facile !

A lire aussi : Gérer la classe en début d’année, quelles pratiques efficaces ?

Pour citer cet article : Murillo Audrey, "Les élèves coopèrent plus avec certains profs qu’avec d’autres… lesquels ?," in Enseignants et élèves, en lycées agricoles et ailleurs, 16/12/2019, https://murillo.hypotheses.org/les-eleves-cooperent-plus-avec-certains-profs-quavec-dautres-lesquels/. ISSN 2606-7617.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.