La posture des élèves en début d’année scolaire : de l’ « illusion disciplinaire » à la « phase de test »

Dans ce billet, nous rendons compte de recherches qui ont analysé la posture des élèves en tout début d’année scolaire. Nous nous centrons en particulier sur les élèves du secondaire qui découvrent leur classe et leurs enseignants.

Les premiers jours, une phase d’observation pour les élèves : « l’illusion disciplinaire »

Plusieurs recherches montrent que les premiers jours, les élèves sont dans une phase d’observation de leurs enseignants : les élèves sont alors calmes, incertains… à tel point qu’on peut parler d’ « illusion disciplinaire » (Andy Hargreaves) ou de « lune de miel » (Stephen Ball) ! Autrement dit, ce ne sont généralement pas les premiers jours que les problèmes de discipline apparaissent en classe. En effet, les élèves sont plutôt passifs en apparence, mais ils sont en réalité très actifs dans leurs prises d’information, et ce dès que l’enseignant entre en classe : pour Stephen Ball, ils repèrent le ton de sa voix, l’expression de son visage, son positionnement dans la classe, son discours, le niveau de bruit qu’il tolère, la façon dont il va falloir s’adresser à lui, la quantité de travail qu’il va falloir fournir, etc.
De plus, au secondaire, les élèves ont plusieurs enseignants : ils doivent distinguer les règles générales (qu’ils devront suivre quel que soit le cours) et celles qui sont spécifiques à chaque enseignant. Par exemple, sur la question du retard de l’élève en début de cours, nous avons observé qu’il existe des pratiques très différentes dans le même lycée : accepter un retard jusqu’à ce que la sonnerie retentisse, jusqu’à ce que porte soit fermée ou jusqu’à ce que l’appel soit terminé, accepter un délai supplémentaire si les élèves étaient en cours à l’autre bout de l’établissement, demander à l’élève d’aller chercher un billet de retard ou au contraire lui demander de s’installer rapidement pour ne pas prendre de retard, exiger qu’il s’excuse ou à l’inverse qu’il se fasse discret pour ne pas perturber le début du cours…
Pour James Allen, qui s’est entretenu avec de nombreux élèves, ces derniers essaient surtout, les premiers jours, de « cerner » leurs enseignants, et ce avec un « calme extrême ». En plus d’être observateurs, beaucoup d’élèves cherchent souvent, les premiers jours, à faire bonne figure et se montrent conformistes. Des propos d’enseignants du secondaire commentant leur premier cours de l’année vont également dans ce sens : « là, ils sont calmes, mais on ne peut pas dire ce que sera la suite », « ils sont tout mignons, comme d’habitude les premiers jours… on verra plus tard, dans les semaines à venir, ce que ça va donner », « les élèves ne se connaissent pas forcément et restent un peu timides, donc c’est un peu du pain béni, je pense, par rapport à ce qu’on va avoir le reste de l’année. C’est tous les ans pareil ».
Mais cette phase particulièrement calme n’est pas destinée à durer bien longtemps : le temps d’une séance selon certains auteurs, d’une semaine selon d’autres…

Les jours suivants, une phase de test pour les élèves

Après la phase d’observation apparaît généralement une phase de test (John Beynon). Cette phase peut arriver plus ou moins vite selon les élèves, et parfois alors que la phase d’observation n’est pas complètement terminée. Il s’agit pour les élèves de savoir comment les enseignants vont réagir à leurs comportements, et quels aspects de la vie de classe sont ouverts à la négociation. Chaque élève n’a pas besoin de faire un « test », puisqu’il est spectateur de la réponse publique que fait l’enseignant à un élève perturbateur. Par conséquent, certains élèves, suite à ces tests, « adoptent différentes identités dans différents cours : les tests leur ont fourni les informations qui leur ont permis de décider de quelle identité mettre en place avec quel enseignant » (John Beynon) : indiscipliné, studieux, participatif… Pour Stephen Ball, « le résultat dépend de la nature de la réponse de l’enseignant aux actions des élèves. (…) Ne pas réagir ou se fâcher et perdre le contrôle de soi-même, ou encore montrer des signes de confusion, tout ceci étant typique des enseignants inexpérimentés, est le signe d’un manque de savoir-faire tactique sur lequel les élèves vont prendre l’avantage ». Il est important de noter que les intentions des élèves « testeurs » ne sont pas nécessairement malveillantes : il s’agit pour eux de mieux définir la situation de classe dans laquelle ils sont, même pour, parfois, mieux s’y conformer. Les « tests » des élèves ne sont donc pas toujours provocateurs, et les aident à prédire et routiniser des modalités d’interactions avec leurs enseignants : il est par exemple important pour eux de savoir quels comportements vont entraîner une remarque mineure, des heures de retenue, une exclusion de classe, une colère de l’enseignant, ou encore être ignorés. En effet, les élèves ne peuvent s’en tenir aux seules annonces verbales de l’enseignant, qui ne sont pas toujours crédibles : ce sont plutôt (et surtout) les réactions des enseignants en situation qui apportent des informations fiables aux élèves.

Nous comprenons ainsi qu’un élève a besoin de se faire une idée du fonctionnement de ses enseignants, afin de s’adapter à chacun. Dans ce billet nous présentons, du point de vue des élèves, ce que font les enseignants avec lesquels les élèves ont le plus envie de coopérer.

Bibliographie

  • Allen, J. D. (1986). Classroom Management : Students’ Perspectives, Goals, and Strategies. American Educational Research Journal, 23(3), 437‑459.
  • Ball, S. (1980). Initial encounters in the classroom and the process of establishment. In P. Woods, Pupil strategies. Explorations in the sociology of the school (p. 143‑161). Croom Helm.
  • Beynon, J. (1985). Initial Encounters in the Secondary School : Sussing, Typing and Coping. Routledge Falmer.
  • Hargreaves, D. H. (1972). Interpersonal Relations and Education. Routledge and Kegan Paul.
  • Murillo, A., Blanc, J., Veyrac, H., & Sahuc, P. (2017). « Professions des parents ? Loisirs ? Projet ? » Pratiques et regards croisés d’enseignants et d’élèves sur les fiches de renseignements. Education et socialisation – Les cahiers du CERFEE, 45.
Pour citer cet article : Murillo Audrey, "La posture des élèves en début d’année scolaire : de l’ « illusion disciplinaire » à la « phase de test »," in Enseignants et élèves, en lycées agricoles et ailleurs, 03/01/2021, https://murillo.hypotheses.org/la-posture-des-eleves-en-debut-dannee-scolaire-de-l-illusion-disciplinaire-a-la-phase-de-test/. ISSN 2606-7617.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search