Face aux fiches de renseignements, des élèves doublement inégaux

Comme vu dans le billet précédent, de nombreux élèves sont gênés de compléter les fiches de renseignements distribuées par leurs enseignants, à la rentrée scolaire. En effet, les enseignants posent souvent des questions sur la situation familiale, les projets, les loisirs, le goût pour la matière…

En nous appuyant sur 689 réponses de lycéens à un questionnaire, ainsi que quelques entretiens, nous montrons ici que :

  • les élèves mettent en place des stratégies pour compléter ces fiches sans se dévoiler complètement aux enseignants,
  • les élèves ne sont pas égaux dans la mise en place de ces stratégies : les plus socialement et scolairement favorisés sont ceux qui maîtrisent le mieux ce qu’ils communiquent (ou non) aux enseignants

Différents profils d’élèves

689 lycéens, ayant répondu à un questionnaire, ont été classés1 en 4 profils :

  • les élèves très connivents : socialement et scolairement très favorisés, ils sont en majorité en série scientifique, ont obtenu le brevet avec mention Très Bien, les professions de leurs parents sont favorisées,
  • les élèves connivents : ils sont en majorité en filière générale, sont 40% à avoir obtenu le brevet avec mention Très Bien, les professions de leurs parents sont favorisées,
  • les élèves peu connivents : ils sont en majorité en filière technologique, ont très rarement obtenu le brevet avec mention Très Bien, les professions de leurs parents sont moyennement favorisées,
  • les élèves très peu connivents : ils sont en majorité en filière professionnelle, ont très rarement obtenu le brevet avec mention Très Bien, les professions de leurs parents sont souvent défavorisées.

Quelles sont les stratégies de ces élèves face aux fiches de renseignements ?

Cette figure met en avant un premier résultat : les élèves les moins connivents sont ceux qui cherchent le plus à maîtriser leur image quand ils doivent donner des renseignements sur leur famille (profession des parents, nombre de frères et sœurs…). En effet, 39% des élèves « très peu connivents » disent ne pas répondre, dissimuler certaines informations voire répondre mensongèrement, contre 26% des élèves « très connivents ».

Cette différence peut s’expliquer par la volonté des élèves peu connivents de ne pas être stigmatisés, de compenser un handicap social perçu. Il est important de noter que la différence aurait pu être bien plus marquée ; en effet, les lycéens « très peu connivents » sont 6 fois moins nombreux que les « très connivents » à appartenir à une catégorie socioprofessionnelle très favorisée.

Eva (profil « très peu connivent ») nous explique, au sujet de la profession de ses parents : « Je préfère être honnête, ça m’énerve un peu, je me dis que si je mens ça va peut-être se retourner contre moi, on va en parler, je vais me mélanger les pinceaux ». Valentin (profil « connivent »), lui, utilise la stratégie qui consiste à ne mentionner que le secteur professionnel, et non la profession. Cette stratégie aurait pu permettre à Eva de résoudre le dilemme « rester honnête » / « [ne pas] avoir honte qu’on juge [ses] parents ».

Un second résultat est illustré par la figure ci-dessus : les lycéens les plus connivents avec la culture scolaire sont ceux qui cherchent le plus à maîtriser leur image quant à leurs loisirs (hobbies, passions, livres ou films préférés…) et leur rapport aux matières scolaires (matières favorites, niveau dans la matière…).
Jordan et Eva (profil « très peu connivent ») disent en effet être sincères lorsqu’ils dévoilent leurs loisirs (« ça va, les profs demandent ça pour faire des liens avec le cours », « je dis ce que j’aime »), tandis que des élèves plus connivents disent sélectionner parmi leurs loisirs ceux qu’ils identifient comme les plus proches de la culture professorale : « la prof de français va préférer un film plus ancien plutôt qu’un film plus récent considéré comme moins poétique » (Alexis, profil « très connivent »), « je geeke beaucoup et j’ai pas envie que les profs le sachent » (Bastien, profil « très connivent »), « je lis beaucoup de fantastique, de livres romantiques, Jane Austen, Emily Brontë, ça c’est un peu mieux vu, scolairement parlant, c’est mieux de dire ça qu’une lecture facile » (Chloé, profil « connivent »). Ces élèves connivents semblent être capables de choisir parmi la variété de leurs loisirs ceux qui donneront la meilleure impression possible aux enseignants : « tant qu’à faire, je vais pas me priver, si ça peut m’aider » (Alexis, profil très connivent »).

Une double inégalité entraînant un effet Pygmalion « socialement construit »

Finalement, il ressort de ces résultats une double inégalité : les élèves les plus connivents, les mieux dotés socialement et scolairement, sont également les plus habiles pour donner d’eux-mêmes une image valorisée. Il s’agirait d’une forme de capital culturel incorporé (Bourdieu). C’est ainsi un cercle vertueux qui s’engage pour les lycéens les plus favorisés, qui, connaissant les codes scolaires et culturels de l’école, savent le mieux se mettre en valeur, et ont ainsi toutes les chances d’être perçus comme ayant un fort potentiel par leurs enseignants, entraînant un effet Pygmalion2 « socialement construit » et amplifiant les inégalités de départ. Les élèves les moins favorisés, eux, tentent de compenser certains handicaps perçus (principalement liés à la situation familiale) mais ne perçoivent pas toujours que d’autres informations (tels leurs loisirs) peuvent être plus ou moins valorisées par leurs enseignants.

  1. Classification hiérarchique descendante réalisée avec IRaMuTeQ []
  2. Les enseignants offrent plus d’opportunités d’apprentissage aux élèves qu’ils perçoivent comme ayant le plus fort potentiel []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *