Ce que font les profs avec lesquels je vais être attentif, et ceux avec lesquels je vais être discipliné

Lors de la dernière rentrée scolaire, avec mes collègues Julie Blanc et Hélène  Veyrac, nous avons mené des entretiens avec 21 élèves de 4 classes de seconde1. Après 1 à 2 semaines de cours, nous avons demandé à ces élèves de relater des situations de classe qu’ils venaient de vivre, et lors desquelles ils avaient appris à mieux cerner leurs enseignants ; nous leur avons également demandé en quoi ce qu’ils percevaient d’un enseignant changeait quelque chose dans leur attitude ou leur comportement avec cet enseignant. Parmi les résultats obtenus, nous mettons ici en évidence ceux relatifs à deux attitudes de l’élève : discipliné ou attentif. Nous allons voir que ces deux attitudes relèvent de réalités bien différentes, et sont suscitées par des pratiques d’enseignement distinctes.

Lorsque les élèves évoquent le fait d’être disciplinés dans un cours, c’est, dans l’immense majorité des cas, en lien avec la perception de limites que l’enseignant a posées et que l’élève considère comme raisonnables et acceptables (les mises en garde et menaces de punition sont souvent citées par les élèves).

Mais susciter la discipline n’est pas rendre les élèves attentifs… Pour les élèves, être attentif n’est quasiment jamais associé à la perception de limites posées par les enseignants. Etre attentif est associé à d’autres dimensions : le « care » perçu chez l’enseignant (son souci des élèves, la façon dont il les prend en considération), le fait qu’il mette en place des situations de classe jugées agréables, et le fait qu’il adapte ses exigences didactiques à la classe. Emma (nous avons changé les prénoms) évoque ainsi l’un de ses enseignants : « Avec lui on fait plusieurs activités dans le même cours, on ne reste pas toujours sur la même chose, le temps passe vite, il fait participer toute la classe. En même temps il sait détendre l’atmosphère, dès qu’il y a une blague à faire sur un mot, il fait sa blague et après il reprend le cours… Avec ce genre de prof, on a davantage envie de lever la main, de poser des questions, plutôt que de bavarder avec son voisin ou sa voisine. Il a imposé son respect, maintenant à nous de faire pareil avec lui, à être respectueux. Ça va être une heure où on va se dire : je suis dans ce cours pour écouter et pour passer un bon moment. Je me dis que l’année va bien se passer avec lui, qu’on ne va pas tout le temps regarder notre montre et attendre le cours suivant ».

Ainsi, dans les propos des élèves interviewés, les enseignants qui se montrent soucieux des élèves et proposent des situations jugées agréables et pertinentes d’un point de vue didactique parviennent à mettre les élèves au travail, sans avoir besoin de les « discipliner » à proprement parler (par des mises en garde, voire des menaces de punitions). En tout cas, dans les propos des élèves, ce cadrage disciplinaire n’apparaît pas au premier plan : les enseignants semblent être dans une logique d’« enrôlement » (qui suppose une collaboration entre enseignant et élèves) et non d’« endiguement » (qui renvoie à des pratiques plus répressives), pour reprendre les catégories de Marie-Sylvie Claude et Patrick Rayou.

De plus, selon les propos des élèves, le fait que l’enseignant conduise son cours en ayant le souci de le rendre agréable (activités originales, humour, enthousiasme…) ne suscite pas de comportements d’indiscipline ; bien au contraire, les élèves font part de leur plaisir à être en cours et sont dans ce cadre plus enclins à coopérer avec l’enseignant.

L’indiscipline est parfois attribuée à une absence de maîtrise didactique (manque de clarté, niveau d’exigences inadapté…) et, dans la plupart des cas à une absence de limites tenues par les enseignants. Elise illustre ceci en parlant du premier cours avec une enseignante : « Son cours n’est pas très intéressant, j’ai pas envie d’écouter, on se laisse disperser par les copains. Je  comprends pas trop comment elle fait ses cours, là où elle veut nous emmener, la structure du cours. C’était déjà la pagaille dans le premier cours. Elle n’était pas très stricte, après elle a essayé, mais plus personne n’écoutait ».

Des menaces de punitions crédibles aux yeux des élèves permettent de limiter les comportements inappropriés, mais ne garantissent pas leur motivation et leur engagement dans les apprentissages. Très tôt dans l’année se dessinent donc des postures différentes pour un même élève dans les différents cours qu’il suit : s’amusant ici, attentif là, discipliné ailleurs… Certes, les représentations qu’ont les élèves de la matière peuvent jouer sur leur attitude, comme l’a montré Yves Reuter, mais les pratiques des enseignants, quelles que soient leurs matières, sont nettement perçues par les élèves comme ayant un impact sur leur comportement en classe, et ce dès le tout début de l’année scolaire.

Pour citer cet article : Murillo Audrey, "Ce que font les profs avec lesquels je vais être attentif, et ceux avec lesquels je vais être discipliné," in Enseignants et élèves, en lycées agricoles et ailleurs, 13/05/2020, https://murillo.hypotheses.org/ce-que-font-les-profs-avec-lesquels-je-vais-etre-attentif-et-ceux-avec-lesquels-je-vais-etre-discipline/. ISSN 2606-7617.
  1. Ce sont des élèves de quatre classes de  seconde générale et technologique de lycée agricole : leur programme est le même que celui des élèves de l’éducation nationale, auquel s’ajoute une option « Ecologie, agronomie, territoire, développement durable » []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.