Le niveau de difficulté des questions posées aux élèves : s’adapter à chacun ?

Ce billet est la suite du précédent , qui portait sur les séances de découvertes de texte au Cours Préparatoire. Nous y avons montré qu’au sein d’une s »ance, le Taux de Réponses Justes (TRJ) aux questions posées par l’enseignant varie peu (autour de 57%). Un Taux de Réponses Justes assez élevé, mais pas trop, permettrait à la fois d’enrôler les élèves dans la tâche et de soutenir leur effort ; ce serait finalement un taux acceptable pour tous.

 On pourrait penser que le Taux de Réponses Justes d’une séance est « assez élevé » du fait des élèves les plus avancés, et « assez bas » du fait des élèves les moins avancés… bref, que les élèves forts répondent souvent juste, et les élèves faibles souvent faux.

Mais, lors de séances de découvertes de texte, ce n’est pas le cas !

J’ai montré dans ma thèse qu’un des savoir-faire implicites des enseignants consistait à ajuster le niveau de difficulté des questions posées au niveau de chacun de leurs élèves. Ainsi, à partir d’un même texte support de lecture pour la classe, l’enseignant ne sollicitera pas de la même manière Hugo, qui n’a pas encore compris les principes du décodage, et Léna, qui sait décoder de façon autonome. L’enseignant demandera par exemple à Hugo, en début de séance, de repérer un mot qu’il connaît, et à Léna, un peu plus tard, de déchiffrer un nouveau mot encore inconnu de la classe. Cette « différenciation didactique passive », qui ne relève pas d’une planification de l’enseignant, a l’avantage de solliciter les élèves « à leur niveau », évitant de placer toujours les mêmes en échec ou en réussite. Mais d’un point de vue cognitif, les élèves les plus avancés sont sollicités pour résoudre des tâches de plus haut niveau et sont davantage « nourris » de la séance en cours. Ainsi se crée un effet Mathieu : les élèves les moins avancés sont ceux qui progressent le moins… participant ainsi à la reproduction voire l’accroissement des inégalités scolaires.

Si la solution miracle existait, bien sûr, cela se saurait… mais il y a des pistes, par exemple travailler le texte en amont avec les élèves les plus faibles, ou encore utiliser la plateforme Anagraph pour s’assurer que la part déchiffrable du texte est assez élevée pour le plus grand nombre d’élèves.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.