Le niveau de difficulté des questions posées aux élèves : quels choix possibles pour les enseignant.e.s ?

Lors de séances de découvertes de textes, en lecture, au cours préparatoire, quelles sont les marges de manœuvre des enseignant.e.s ?
Lorsque la séance prend le format d’un “cours dialogué” (ce qui est souvent le cas), de précédentes recherches ont montré que le format impose aux enseignants certains choix, comme celui de garder un rythme soutenu afin de garder l’attention des élèves (Rowe, 1974).
Qu’en est-il du niveau de difficulté des questions qui sont posées aux élèves ?
Un.e enseignant.e peut-il.elle se permettre de poser uniquement des questions très faciles pour l’ensemble de la classe, par exemple pour renforcer certains acquis ? Au contraire, peut-il.elle se permettre de poser des questions qui mettent la majorité des élèves en difficulté, par exemple pour leur signifier le chemin qu’il restera à parcourir ? J’ai observé 35 séances de découvertes de texte dans 5 classes de Cours Préparatoire, et ma réponse est : non ! Je m’explique…

A chaque séance observée, j’ai mesuré le Taux de Réponses Justes de la classe. Pour obtenir ce taux, j’ai relevé, durant chaque séance, la succession questions posées aux élèves. Par exemple :

  • « Rappelez-moi le début de l’histoire. »
  • « Le titre. Léa, qu’est-ce qu’il y a écrit ? »
  • « Alors, de quoi ça va parler, ce texte ? »
  • « On essaie de lire la première ligne. Théo.»
  • « Qu’est-ce que ça veut dire, ça ? »
  • etc.

Pour chaque question, j’ai noté si l’élève (qui a été interrogé ou qui a pris la parole) a su répondre sans aide supplémentaire (réponse juste), ou non.
Le Taux de Réponses Justes est donc le pourcentage de sous-tâches réalisées sans indication supplémentaire, et validées par l’enseignant.e.

J’ai constaté que les Taux de Réponses Justes (TRJ) sont peu variés, quels que soient la classe, la période de l’année, le mode de groupement des élèves, l’accompagnement de l’enseignant, etc. Ils se situent dans un cadre n’excédant pas 16% autour de la médiane, égale à 57% : dans aucune des séances observées le TRJ n’est inférieur à 41% ou supérieur à 72% (valeurs extrêmes).

Taux de Réponses Justes pour 5 classes (A, B, C, D, E) au fil de l’année scolaire

Par les questions qu’ils posent et les élèves qu’ils choisissent d’interroger, les enseignant.e.s parviennent donc à maintenir un Taux de Réponses Justes quasi-constant au fur et à mesure de l’année scolaire : bien que les élèves soient de plus en plus performants en lecture, les questions qui leur sont posées ne provoquent pas de plus en plus de réussite.

Tout se passe comme si les enseignant.e.s n’avaient que peu de marges de manœuvre quant au niveau de difficulté des tâches qu’ils proposent à leurs élèves (un peu comme l’effet Posthumus pour des situations évaluatives).
Un Taux de Réponses Justes assez élevé, mais pas trop, permettrait à la fois d’enrôler les élèves dans la tâche et de soutenir leur effort ; ce serait finalement un taux acceptable pour tous.

Au sein d’une même séance, les élèves les plus forts répondent-ils plus souvent juste que les autres ? La réponse n’est pas si évidente… et elle sera donnée dans le prochain billet !

Pour en savoir plus : Murillo, A. (2010). Le niveau de difficulté des tâches scolaires : des marges de manœuvre limitées pour les enseignants. Carrefours de l’éducation, 29, 79‑93.

Pour citer cet article : Murillo Audrey, "Le niveau de difficulté des questions posées aux élèves : quels choix possibles pour les enseignant.e.s ?," in Enseignants et élèves, en lycées agricoles et ailleurs, 09/03/2019, https://murillo.hypotheses.org/516. ISSN 2606-7617.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.