Parcoursup, année 1 : malentendus entre équipes éducatives et élèves de terminale pour évaluer leur “engagement / esprit d’initiative (au lycée et extra-scolaire)”

Avec mes collègues Julie Blanc et Hélène Veyrac, nous avons réalisé des entretiens au printemps  2018 avec 9 proviseurs adjoints et une vingtaine d’élèves de terminales technologiques agricoles, à propos de Parcoursup. Je présente ici un zoom sur l’item « engagement / esprit d’initiative (au lycée et extra-scolaire) ». Les équipes ont dû évaluer cet item pour chaque élève selon trois modalités : « très satisfaisant », « satisfaisant », « absence d’éléments d’évaluation ». Je montre que les équipes s’appuient sur des indicateurs auxquels ils n’ont pas toujours accès, et que les élèves ont une méconnaissance des indicateurs sur lesquels ils sont évalués.

Les équipes des lycées émettent des avis sur les élèves de terminale et leurs vœux d’orientation, en complétant des “fiches avenir” pour chaque vœu. Ces fiches sont ensuite examinées par les formations de l’enseignement supérieur et les aident à sélectionner leurs étudiants.

Les “fiches avenir” comportent les notes et appréciations des élèves pour chaque discipline, l’avis du lycée sur la capacité à réussir dans la formation souhaitée, sur la cohérence du vœu, sur l’autonomie, la capacité à s’investir, la méthode de travail… et sur un item qui nous intéresse particulièrement : “engagement / esprit d’initiative (au lycée et extra-scolaire)”. Avec cet item, il est donc demandé aux équipes éducatives d’évaluer des compétences qui ne relèvent pas uniquement du champ scolaire.

Pour renseigner l’item “engagement / esprit d’initiative”, selon quels indicateurs les équipes sont-elles supposées évaluer les élèves ?

D’après le “mode d’emploi de la fiche avenir“, il s’agit pour les équipes éducatives de s’appuyer sur les indicateurs suivants : “participation aux instances du lycée, délégué, tutorat, participation à la vie associative au lycée ou en dehors, activités bénévoles ou de volontaires, stage en entreprise, dans des administrations ou associations pendant les vacances, période de mobilité à l’étranger, etc.”

Sur quels indicateurs les équipes éducatives s’appuient-elles pour renseigner le critère “engagement / esprit d’initiative” ?

Les équipes disent surtout s’appuyer sur des critères relatifs à la vie lycéenne (délégué, participation à la vie associative, à des projets scolaires…). Elles disent moins souvent s’appuyer sur des indicateurs extra-scolaires (pour cela, il arrive parfois que les enseignants demandent expressément aux élèves des informations, mais c’est rarement le cas).

Sur quels indicateurs les élèves pensent-ils être évalués ?

Beaucoup d’élèves, avant de consulter leurs fiches avenirs, ignoraient (ou avaient oublié ?) qu’ils étaient évalués selon la dimension “engagement / esprit d’initiative”.

Lorsqu’on leur demande à quels indicateurs renvoie cette dimension, de nombreux élèves nous montrent qu’ils ne se sont pas vraiment posé la question jusque-là… La majorité des élèves pense que les enseignants ont pris pour indicateurs l’implication dans les projets scolaires ou le travail de 
groupe. Quelques élèves pensent que le travail fourni, la participation en classe ou encore  l’assiduité ont permis d’évaluer “l’engagement et l’esprit d’initiative”. Ils semblent être plus spectateurs qu’acteurs de cette évaluation : ils n’ont pas cherché à peser sur cette évaluation, et un malentendu existe sur le fait que les équipes éducatives peuvent s’appuyer sur des indicateurs relatifs à la vie lycéenne (voire même extra-lycéenne).

On constate donc des écarts entre :

  • la prescription (qui demande d’évaluer des aspects scolaires et extra-scolaires),
  • les pratiques évaluatives des équipes (qui n’évaluent pas toujours les aspects extra-scolaires),
  • ce sur quoi les élèves pensent être évalués (ils n’imaginent pas être évalués, ni devoir être 
  • évalués, sur des aspects extra-scolaires).

Ces résultats sont sans aucun doute spécifiques au contexte :

  • de terminales technologiques (dont les élèves sont peut-être parfois moins soucieux de leur orientation qu’en terminales générales)
  • de mise en place de Parcoursup (“année 1”).

Les années suivantes, les enseignants s’approprieront certainement plus tôt dans l’année les critères d’évaluation, les communiqueront aux élèves (“Présentez-vous comme délégué, ça améliorera votre dossier pour Parcoursup”, a-t-on pu entendre), certains parents avertis auront davantage eu le temps de se renseigner, une acculturation au dispositif se mettra en place entre pairs… Pour cette première année “Parcoursup”, le renseignement de la Fiche Avenir par les équipes éducatives est apparu comme un processus assez opaque aux élèves avec lesquels nous nous sommes entretenus.

Pour citer cet article : Murillo Audrey, "Parcoursup, année 1 : malentendus entre équipes éducatives et élèves de terminale pour évaluer leur “engagement / esprit d’initiative (au lycée et extra-scolaire)”," in Enseignants et élèves, en lycées agricoles et ailleurs, 13/11/2018, https://murillo.hypotheses.org/429. ISSN 2606-7617.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.