Gérer la classe en début d’année : quelles pratiques efficaces ?

On se doute que dès le début de l’année scolaire, certains enseignants, plus que d’autres, favorisent une mise au travail efficace des élèves. Existe-t-il de « bonnes habitudes » à prendre dès le début de l’année pour faciliter la gestion de classe ? Qu’en dit la recherche en sciences de l’éducation ?

Des chercheurs nord-américains ont observé de nombreux enseignants et ont comparé les pratiques des enseignants « efficaces » à celles des enseignants moins efficaces. Ils montrent des liens entre l’efficacité des enseignants et leurs pratiques en début d’année.

Les pratiques suivantes se retrouvent plus souvent chez les enseignants « efficaces » ((Dans ces études « processus-produits », l’efficacité des enseignants est mesurée par le biais d’un ou plusieurs des indicateurs de performance suivants : fréquence des comportements inappropriés des élèves, engagement des élèves dans les tâches, progrès des élèves dans les disciplines enseignées, évaluation des enseignants par leurs élèves.)) :

  • Peu de règles présentées le premier jour. Ne pas surcharger les élèves de règles le premier jour, mais se centrer d’abord sur les règles prioritaires, essentielles à la bonne tenue du 1er jour de classe.
  • Explicitation des règles. Formuler explicitement et clairement ses attentes et les règles de la classe. S’attacher notamment à expliciter des règles sur les déplacements en classe (par ex. on demande avant de se déplacer) ou la prise de parole des élèves (par ex. on lève le doigt avant de parler).
  • Insistance quant à l’application des règles. A l’école élémentaire, passer du temps, en début d’année, à enseigner les règles aux élèves : insister jusqu’à ce que les élèves appliquent les règles. De manière générale, il s’agit de faire preuve de constance dans l’application des règles, de prévisibilité. Il s’agit de surveiller les élèves et stopper rapidement les comportements non conformes aux règles : les étouffer dans l’œuf plutôt que de laisser des habitudes s’installer et perdre peu à peu le contrôle.
  • Instauration d’un climat bienveillant. Ne pas hésiter à sourire, à faire preuve d’humour (jamais au détriment des élèves bien sûr). Etre ouvert aux préoccupations, aux émotions et aux demandes d’informations des élèves.
  • Mise au travail des élèves. Instaurer des routines pédagogiques, faire des transitions courtes entre les activités (moments où les risques de dérapages sont plus élevés), communiquer aux élèves des buts explicites et des attentes élevées, faire en sorte qu’ils soient occupés par les tâches scolaires, et leur donner les moyens de s’autoréguler (par ex. en leur donnant les moyens de voir par eux-mêmes s’ils ont réussi leur travail).
  • Adaptation aux contraintes. Les enseignants « efficaces » réagissent à certaines contraintes sans se laisser dépasser. Une salle de classe trop chargée ? Enlever des meubles. Un élève qui arrive la 2e semaine ? Lui assigner un camarade tuteur. Etc.

Ces recherches1 ont plusieurs limites :

  • Il est à noter que les liens entre « efficacité des enseignants » et « pratiques en début d’année » ne sont pas nécessairement des liens de cause à effet. On peut imaginer par exemple que certains facteurs (comme le niveau initial des élèves, l’environnement de l’école…) ont une influence à la fois sur l’efficacité et les pratiques des enseignants… laissant penser à un lien entre ces deux dernières variables.
  • On peut également penser qu’il existe plusieurs styles de pratiques efficaces, or les méthodes employées par ces auteurs ne permettent de dégager qu’un seul style. Prenons donc ces résultats avec les précautions nécessaires…
  • Ces recherches ne prennent en compte que les comportements « observables » des enseignants, laissant de côté leurs stratégies, leurs prises d’informations, leurs raisonnements…
  • Enfin, elles partent du principe que l’efficacité des enseignants est constante d’une année à l’autre, ce qui est loin d’être évident2.

En prenant ces recherches pour ce qu’elles sont, et parce qu’un rapport de cause à effet (ou au moins d’influence) reste plausible entre certaines pratiques de l’enseignant et son efficacité, ces résultats peuvent éclairer les enseignants (notamment débutants) et leurs formateurs.

Crédit photo : Korido

  1. Bohn, C. M., Roehrig, A. D., & Pressley, M. (2004). The First Days of School in the Classrooms of Two More Effective and Four Less Effective Primary-Grades Teachers. The Elementary School Journal, 104(4), 269‑287.
    Emmer, E. T., Evertson, C. M., & Anderson, L. M. (1979). The First Weeks of Class… And the Rest of the Year. Research and Development Report no. 6005. In AnnualMeeting of the AmericanEducational ResearchAssociation. University of Texas: University of Texas.
    Emmer, E. T., Evertson, C. M., & Anderson, L. M. (1980). Effective Classroom Management at the Beginning of the School Year. The Elementary School Journal, 80(5), 219‑231.
    Evertson, C. M., & Emmer, E. T. (1982). Effective management at the beginning of the school year in junior high classes. Journal of Educational Psychology, 74(4), 485‑498.
    Moskowitz, G., & Hayman, J. L. (1976). Success Strategies of Inner-City Teachers: A Year-Long Study. The Journal of Educational Research, 69(8), 283‑289. []
  2. Crahay, M. (2006). Un bilan des recherches processus-produit. L’enseignement peut-il contribuer à l’apprentissage des élèves et, si oui, comment ? Genève: Université de Genève []