Quand les élèves complètent les fiches de renseignements distribuées par leurs enseignants…

C’est la rentrée… Zoom sur 3 classes de lycées agricoles, où enseignants et élèves se rencontrent pour la première fois. Plusieurs enseignants demandent aux élèves de compléter des fiches de renseignements (voir le billet précédent). Comment les élèves reçoivent-ils cette demande ? Rituel ? Embarras d’avoir à livrer des informations sur soi ? Sincérité dans les réponses ? Stratégies ? Avec J. Blanc, H. Veyrac et P. Sahuc, nous nous sommes entretenus avec 32 élèves pour en savoir plus…

Un rituel rassurant ?

La plupart des élèves ne se disent pas embarrassés a priori par les questions posées par leurs enseignants : ils jugent leurs demandes de présentations « normales », conformes à ce qu’ils ont vécu dans leur passé scolaire (« depuis qu’on est petit, on fait ça »). Des élèves disent même apprécier ces moments de présentation, parce que ces derniers témoignent d’une attention de la part de l’enseignant (« ça montre qu’ils s’intéressent à nous »), ou encore parce que « ça permet de retarder le début du cours ! ». Cette pratique de présentation est d’autant plus appréciée qu’elle est réciproque : « souvent ces profs-là se sont présentés eux aussi (…) moi je trouve ça bien parce que ça va pas que dans un sens ».

Une situation embarrassante pour certains élèves

Lorsqu’on va plus loin dans l’entretien, on note toutefois que certains élèves sont embarrassés par les questions (d’ordre scolaire ou non) posées par leurs enseignants. Les réponses peuvent en effet donner aux enseignants, ainsi qu’aux élèves eux-mêmes, une image différente de celle qu’ils souhaitent donner. Un élève exprime : « j’ai un gros problème d’écriture (…) souvent les profs n’arrivent pas à me relire donc ils viennent me voir, ils me demandent ce que j’ai marqué, et donc ça m’embête ». Les élèves sont aussi parfois gênés de devoir mentionner la profession de leurs parents, à un âge où ils essaient de se construire en tant qu’individus, alors que le milieu social peut être perçu comme déterminant de la réussite ou de l’échec de l’élève. Certains élèves s’interrogent quant à l’usage que les enseignants vont faire des informations recueillies : « je sais pas pourquoi ils demandent ça » (au sujet du nombre de frères et sœurs), « je sais pas trop à quoi ça leur sert » (au sujet de leur adresse)… Ils sont donc parfois réticents à livrer ces informations : « c’est un petit peu gênant, c’est personnel, c’est comme… je sais pas moi, quelle est la couleur du caleçon » (au sujet du numéro de téléphone portable), « ça concerne que moi » (au sujet du projet professionnel).

Les stratégies des élèves pour préserver leur image

Des élèves disent ne pas chercher à maîtriser les impressions qu’ils donnent à leurs enseignants : « ça sert à rien de leur mentir », « moi je marque ce que je fais, c’est tout, je réfléchis pas ». D’autres sont soucieux de renvoyer une image conforme aux attentes supposées de l’enseignant ; ils semblent aussi soucieux de ne pas avoir à se caractériser eux-mêmes par des éléments douloureux. C’est le cas d’un élève qui indique que son père est « retraité » alors qu’il ne connaît pas son métier, ayant rompu les liens avec lui, ou encore le cas d’une élève en famille d’accueil qui ne souhaite pas se « rappeler de mauvais souvenirs ».

À la question des loisirs et des films appréciés, des élèves sélectionnent parmi leurs préférences celles qui ne renvoient pas, selon eux, à des caractères peu valorisés (« flemmard », « dissipé »…) ; un élève a écrit à son enseignant que Titanic était son film favori, alors qu’il nous dit préférer Bambi. Il tente ainsi d’éviter une maladresse qui, selon lui, pourrait le discréditer auprès de son enseignant : « si on écrit Titanic ça fait « Bon… ouais… OK… il l’a vu ». Si on écrit Bambi, ça fait un peu plus petit… ça dégrade l’image ».

Difficile d’interpréter les réponses des élèves…

Finalement, il semble difficile pour les enseignants de prendre les réponses des élèves pour argent comptant… Comment interpréter le fait qu’un élève n’ait pas renseigné la profession de ses parents ? Peut-être ne connaît-il pas ses parents, peut-être ses parents ne travaillent-ils pas, sont-ils décédés, peut-être aussi l’élève n’a-t-il pas eu envie d’écrire un métier qu’il juge « super long » : « mandataire judiciaire à la protection des majeurs… (rires) (…) des fois je mets juste le métier de mon père ! ». Lorsque les élèves ne renseignent pas leur numéro de téléphone, les raisons en sont également variées : un élève nous indique « je connais pas mon numéro de tête, donc j’ai pas pu le mettre. Je l’aurais mis, sinon » alors qu’un autre exprime une défiance envers l’enseignant : « moi, je dis que je connais pas mon numéro, mais je le connais très bien ». Lorsqu’il s’agit d’interpréter les réponses et les silences des élèves, les enseignants n’ont guère d’autre possibilité que d’émettre des hypothèses hasardeuses…

Pour en savoir plus :

Pour citer cet article : Murillo Audrey, "Quand les élèves complètent les fiches de renseignements distribuées par leurs enseignants…," in Enseignants et élèves, en lycées agricoles et ailleurs, 18/12/2017, https://murillo.hypotheses.org/62. ISSN 2606-7617.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *