Quand les profs font compléter des fiches de renseignements à leurs élèves…

FicheEn 1994, Pierre Merle avait publié une recherche sur les fiches de renseignements que les enseignants font parfois compléter à leurs élèves en début d’année. Il avait montré que les informations obtenues par ces fiches pouvaient inciter les enseignants à se décharger de la responsabilité de la réussite des élèves. En effet, on peut identifier dans les fiches des trajectoires de réussite ou d’échec (par la profession des parents, un éventuel redoublement, le niveau que l’élève indique avoir, son projet scolaire ou professionnel…). On sait également depuis Rosenthal et Jacobson (1968) que le jugement précoce d’un enseignant sur un élève peut influencer la réussite de cet élève (c’est l’effet Pygmalion). De là à penser que ces fiches nuisent aux élèves les plus faibles, il n’y a qu’un pas…

Avec J. Blanc, H. Veyrac et P. Sahuc, nous avons assisté aux « premiers cours de l’année » de 15 enseignants de lycées agricoles. Parmi eux, 8 ont demandé aux élèves de compléter une fiche de renseignements. Que nous en disent-ils ? En quoi ces fiches leur sont-elles utiles ? Quelles précautions prennent-ils dans leur usage ?

Comment les enseignants utilisent-ils les fiches ?

Les enseignants indiquent qu’ils consultent les fiches :

  • une première fois peu de temps après les avoir récoltées
  • éventuellement en cours d’année, lorsqu’il s’agit d’expliquer les comportements ou résultats de certains élèves.

En plus des coordonnées des élèves, les enseignants cherchent principalement à obtenir des informations pour connaître leurs dispositions, pour anticiper une attitude au travail, d’éventuelles facilités ou difficultés à venir. Avec des variations selon les enseignants, ces informations sont en lien avec :

  • la matière enseignée : niveau, goût pour la matière…
  • le projet scolaire ou professionnel, qui serait gage de motivation.
  • la famille, notamment les professions des parents : les enseignants estiment dans quelle mesure la famille peut aider les élèves, soit par une aide strictement scolaire (aide aux devoirs par exemple), soit par leur réseau et compétences professionnelles, si elles sont en lien avec la filière d’enseignement.
  • les loisirs, passions, livres ou films préféré : les enseignants font des hypothèses sur la personnalité de l’élève (« ouvert », « appliqué », « mature »…). Il semble ici que les enseignants perçoivent positivement les loisirs et goûts qui se rapprochent des leurs, ou au moins d’une norme culturelle « dominante ».
  • le parcours scolaire antérieur, notamment pour repérer d’éventuels redoublements.

Ainsi, des enseignants cherchent à rassembler une variété d’informations à partir desquelles ils supposent de plus ou moins grandes dispositions à réussir chez leurs élèves. Ils établissent une forme de pronostic, dont certains perçoivent les dangers (« Il faut pas non plus désespérer en disant : bon, ça y est, je l’ai catalogué, c’est le cancre de la classe », « On a tendance malheureusement à délaisser un peu ceux qui sont pas à fond dedans, quand même »). Les enseignants sont également sensibles à la gêne que certains élèves pourraient avoir, en complétant ces fiches.

Quelles précautions les enseignants prennent-ils pour ne pas embarrasser les élèves ?

A des degrés divers, les enseignants perçoivent que compléter ces fiches peut mettre certains élèves dans l’embarras. Ainsi certains enseignants se refusent à obtenir certaines informations, notamment sur la famille (« beaucoup d’élèves ont des soucis, c’est peut-être pas très sympa pour eux de le rappeler »). Des enseignants prennent aussi des précautions en évitant la violence symbolique de certaines normes : ils parlent plutôt des « responsables légaux » que des « père et mère ». Une autre forme de tact consiste à indiquer aux élèves que certaines questions sont facultatives.

Nous verrons dans notre prochain billet que malgré ces précautions, les élèves sont parfois gênés de compléter ces fiches, et qu’ils mettent en place des stratégies pour contrôler l’image qu’ils donnent à leurs enseignants.

Pour en savoir plus :

Pour citer cet article : Murillo Audrey, "Quand les profs font compléter des fiches de renseignements à leurs élèves…," in Enseignants et élèves, en lycées agricoles et ailleurs, 02/12/2017, http://murillo.hypotheses.org/1. ISSN 2606-7617.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *